Sur la Vibe de JOE

Nous avons eu la chance d'échanger avec JOE 🌒 !


Véritable oiseau de nuit, JOE compose et évolue dans un monde onirique riche en sonorités et en histoires 🎶


Elle vient de sortir "Morphée", son premier EP chez Cookie Records ! 🍪

À cette occasion, on lui a demandé de nous raconter l'histoire de ce projet, de nous en dire plus sur ses inspirations, de sa relation avec la nuit... 🌙 Un échange ensoleillé en feat avec les oiseaux, à regarder de ce pas ! 🌞


JOE fera également son premier concert à La Marbrerie le vendredi 18 février, n'hésitez pas à aller la découvrir sur scène ⚡️




Qui es-tu JOE, présente-toi !


Je m’appelle JOE, je suis auteure, compositrice, interprète et je fais de la pop avec des influences un peu jazz.

Je m’appelle JOE parce que c'est un prénom neutre et on ne sait pas vraiment si c'est un garçon ou une fille. J’aime bien surprendre les gens, on peut s'attendre à un gros bonhomme qui fait de la country, et du coup c'est moi. On ne sait pas à quel genre de musique cela fait référence. J’aime bien cette idée-là.


En quoi Gainsbourg et Barbara ont-ils influencé ta manière de faire de la musique ?


C'est ma mère qui m'a beaucoup fait écouter Gainsbourg et Barbara quand j'étais plus jeune.

Je dirais de Gainsbourg qu'il a un côté très moderne dans sa manière de voir la musique. Il a toujours été intéressé par le fait d'utiliser de nouvelles sonorités. J'aime bien l'idée qu'il ait exploré beaucoup de choses. J'aime sa manière d'écrire, il a un côté où il s'amuse énormément avec les mots, quitte à en inventer. Je pense que ma préférée de Gainsbourg c’est ‘L’anamour”, justement parce que c’est un mot qui n'existe pas.

De Barbara, je pense que j'ai pris l'interprétation un peu théâtrale. Elle a une voix très sensible et c'est sa manière de chanter qui lui est propre que j'aime beaucoup.


As-tu d’autres inspirations en plus d'eux ?


De la chanson française, Brassens quand j'étais plus jeune, et Brel, évidemment. De plus moderne, je le dis souvent parce que je les adore, mais il y a L’Impératrice. J'aime beaucoup la chanteuse Flore Benguigui, sa manière d'écrire, les mélodies qu'elle peut avoir et sa sensibilité de voix aussi.

Dans la manière d'écrire aussi, pas mal de musique et de rap comme Luidji ou Ichon. J'essaie d'attirer son attention, mais peut être qu'un jour, ça viendra *rire*. Ce sont mes influences premières en ce moment.

Après, pour élargir en dehors du français, il y a les styles comme la bossa nova, le jazz sous toutes ses formes, et évidemment, la soul, la funk, je pense que ça s'entend un peu.


Parle-nous de ton nouvel EP “Morphée” !

Morphée”, cela a mis du temps à venir, c’est mon premier EP

mais cela fait des années que je fais de la musique.

"Morphée”, cela vient d'une incapacité chronique à dormir. J'écrivais beaucoup de nuit et il y a une espèce d'ambiance un peu nocturne dans le projet que j'aime bien. En même temps, il y a un côté assez dynamique parce que je ne dormais pas, et il fallait donc bien s’occuper.

Au niveau des thèmes, c'est en rapport à ce que j'ai vécu, parce que ce sont des textes que j'ai écrit il y a longtemps et d'autres plus récents. Ils s'étalent sur plusieurs années. Ce sont des textes sur ma vie quotidienne, cela parle beaucoup d'amour et de déception amoureuse, les choses qui sont en lien avec mon âge.

Il y a également beaucoup de mélancolie, parce que je suis quelqu'un de mélancolique.


Concernant "Miroir", j'ai repris Ichon de base toute seule dans ma chambre, lors d'une petite nuit blanche pendant le confinement.

Je venais de découvrir les logiciels de musique. Je me suis amusée à faire une reprise d'Ichon que je venais de découvrir à l'époque, un peu tard, par rapport à beaucoup de gens. J'ai beaucoup aimé sa manière un peu nonchalante d'être lui et de poser sur cette musique-là.

Je trouvais cela intéressant de reprendre des chansons de rap parce que je ne suis pas rappeuse, donc j'avais forcément quelque chose de très différent à apporter et pouvait prendre un peu le contrepied de ces musiques. C'est ce que j'essaie de faire dans pas mal de mes covers, de m'approprier des musiques et ainsi de reprendre les morceaux comme on ne s’y attendrait pas.

C'est pour cela que j’ai repris Ichon, parce que c'était des textes qui me parlaient, avec une nonchalance que j'aimais beaucoup, je savais que je pouvais apporter autre chose.



Pour ce qui est de "Faux semblant", mon feat avec Bo Parleur, je les ait découverts sur Instagram et j’ai repris une de leurs chansons que je leur ai envoyée. Ils ont beaucoup aimé et on a fini par se rencontrer. La petite histoire, c'est qu'ils sont venus à Paris pour une autre raison, on s'est rencontrés, on a bu un café et au bout de quelques heures, ils avaient récupéré un studio à des amis à côté et on a fini par faire le morceau jusqu'à 5h du matin. Je suis retourné les voir le lendemain et on a fini le morceau. J'aime beaucoup ce morceau parce qu'il témoigne de cette première rencontre improbable et inopinée. On s'est beaucoup amusés à la faire.



Est-ce que tu as des morceaux coups de coeur sur ton EP ?


C'est compliqué comme question. C'est comme choisir entre mes enfants que je n'ai pas. Ils portent tous une partie de moi en eux, du coup, c'est très compliqué de choisir comme ça.

Je sais que “Le Blues”, il est particulier parce que j'écrivais et je chantais dans ma chambre et j'avais plein de morceaux comme ça, destinés à personne. Un jour, je la chantais et une amie m’a entendue un peu par hasard et elle est rentrée en mode “elle est vachement bien celle-là”. Cela a un peu engagé la volonté de vouloir faire écouter ce que j'écrivais pour moi toute seule. Par la suite, quand j'étais chez moi avec des amis, ils me disaient “Fais nous "Le Blues"!”, je la chantais en guitare voix. C'est la première musique qui a démarrée l'idée de Joe, donc elle sera toujours un peu particulière, c'est la première qui est sortie aussi sur les plateformes.



La Vida” aussi, c’est un morceau particulier parce que je l'ai écrit il y a très longtemps, je crois que j'étais encore au lycée. Il témoigne de ma mélancolie, de la vie, de mon incompréhension, de tout ça, que la vie, on la découvre un peu à cet âge-là. On entend une ode à la vie mais en même temps c’est aussi une grande incompréhension, il y a un côté absurde, on a envie de pousser les limites. Je trouve l'idée de cette chanson et ce qu'elle représente assez joli encore aujourd'hui. Je trouve cela assez poétique comme vision de la vie.



Pour toi Morphée qu’est-ce que cela t’évoque ?


Morphée” cela m’évoque quelque chose d’unique, cela me ramène à une partie de moi assez mélancolique mais aussi un peu triste. Je dirais qu’il y a une espèce d'immaturité un peu jolie qui est totalement assumée dans ce projet. Un côté un peu sarcastique de cette tristesse.

Mais il y a également quelque chose de doux quand même dans cet EP. Typiquement, avec Bo Parleur, il y a un côté un peu nonchalant aussi que je garde beaucoup et qui fait partie de moi comme “Je ne sais pas quoi faire, la vie, c'est compliqué quand même”. J'aime bien, j'aime bien ce côté. Je pense que je suis quelqu’un d’assez nonchalant pour ce qui est de la vie en général, du coup, cela me va.


Comment expliques-tu que tu sois plus productive de nuit ?


La nuit on est moins dérangés par les autres, par les bruits environnants c’est un monde un peu introspectif. Je pense que pas mal d'artistes avec qui je discute, on n'est pas productifs tout le temps, du coup on arrive à l’être que quand il n’y a rien autour et qu’il n’y a que nous. Il fallait que je m’occupe et que je sorte les choses que j’avais dans le cœur et que je n'arrivais pas à gérer.


Quel est ton processus de création ?


Cela dépend de la période ou si je travaille avec quelqu’un ou pas. Les premiers morceaux que j’ai fait comme “Le Blues” ou “La Vida” ce sont des morceaux que j’ai fait en triturant ma guitare, les mots venaient un peu tout seuls.

D'autres fois, je vais écrire des textes et trouver des mélodies après coup. Dans ce cas là, cela va beaucoup plus porter sur ce que je veux dire et cela va être un texte parfois plus complexe, alors que si je commence par une mélodie cela sera beaucoup plus évocateur comme texte.

Sinon on va créer une prod avec les gens avec qui je travaille et après moi je trouve une mélodie, c’est arrivé une fois avec "Placeboy" ? et je trouvais ça assez dingue, que j’écrive un texte sans mélodie sans rien et que je l’envoie avec les 2 garçons avec lesquels je travaille et qu’ils réussissent à faire une prod qui collait super bien.


Une couleur qui représenterait ton EP “Morphée” ?


Le bleu, bleu foncé ou violet foncé


Quelle est ta dernière claque musicale ?


J’ai re-re-découvert Lynn c’est une chanteuse française qui a une voix incroyable et qui a un côté très anglais dans sa manière de poser et d’écrire. Il y a des influences soul et jazz énormes et c’est incroyable !


Elle a sorti un EP l’année dernière et qui s’appelle “Le Temps des Sentiments” composé de 4 morceaux et le morceau du même nom est incroyable. Je vous invite à l’écouter !




Quand est-ce que l’on pourra te voir en live ?


Vous pouvez me voir en live le 18 février à la Marbrerie pendant le Cookies Records Label Night et c’est mon premier concert en plus donc hyper important pour moi.


J’ai hâte et je suis un peu stressée *rires*



Suivez Joe sur les réseaux sociaux :


Facebook

Instagram

YouTube

Spotify

Deezer