À la rencontre de COUTURIER

Nous avons pu échanger avec l'envoûtant COUTURIER ! 🦋


Coup de coeur de Groover du Prix Société Pernod Ricard France Live Music 2022, l’artiste nous plonge dans son univers où il se pose des questions sur la vie 💬


Il nous raconte comment il est tombé dans la musique, nous parle de ses prochains projets et de ce qu'il a envie de transmettre à travers ses morceaux ⚡️



Salut COUTURIER, peux-tu te présenter ?

Hello lā belle 0nde ! COUTURIER, c’est moi. Je fais de la variété électronique avec mes synthés et ma guitare.

J’écris des chansons intimistes, qui parlent de mes histoires d’amours et de tout ce que dans la vie j’ai du mal à comprendre.

Ma voix est au centre, habillée par les synthés et la guitare ; le reste n’est que groove et impact. J’essaie de trouver l’équilibre entre l’organique et l’électronique.

Comment es-tu tombé dans la musique ?


Ma réponse pourrait tenir dans un bouquin ! La musique a toujours été là, mon grand-père était luthier et m’a initié au violon, puis piano, puis guitare… J’ai mis beaucoup de temps avant de comprendre que je devais faire de la musique mon métier, mais un jour d’automne je me suis lancé. J’ai arrêté mes autres activités, je suis parti à Londres faire une école de musique pour enfin revenir à la source, Paris.


📸 : Matéo Picard

Pourquoi “COUTURIER” ?


Avec la musique j’ai l’impression d’habiller des émotions, de confectionner des chansons, travaillant chaque son comme un artisan. Pour avoir vu mon grand-père fabriquer des violons dans son atelier, j’ai toujours été attiré par l’artisanat. Les métiers manuels me fascinent.

COUTURIER est un dérivé de mon nom de famille. J’ai vécu avec si longtemps sans réellement comprendre le sens de ce mot, et j’en suis maintenant très fier.

Où est-ce que tu puises ton inspiration ?


Dans tout ce qui me touche profondément. Je suis un grand romantique, donc l’amour nourrit beaucoup de mes émotions, mais je suis aussi plein de questionnements sur le sens de la vie, de la mort, du temps qui passe.

Ensuite, je collabore avec des artistes incroyables pour l’écriture : Clou, Sutus, Carl, Mélodie Lauret… donc leurs univers m’inspirent naturellement.



Parle-nous de ton EP à venir !


Je prépare depuis de longs mois la sortie d’un EP qui représentera mon univers. Il y aura de quoi danser, de quoi chanter et j’espère de quoi rêver ! Mais d’abord, je vais sortir 2 singles fin septembre 2022 et fin 2022. J’ai eu la chance d’en présenter un au Prix Société Pernod Ricard France Live Music qui m’a valu plein de bons retours ! L’EP arrivera début 2023.


Qu’as-tu envie de faire passer comme message avec ta musique ?


J’aimerais beaucoup que ma musique aide les gens à se poser des questions, sur tous les sujets de la vie. Le doute permet de prendre le recul suffisant pour avancer dans la bonne direction.

Mes chansons parlent souvent du mal que j’ai à comprendre la vie, et du chemin que je prends pour y arriver. Il y a aussi un message plus général d’espoir. Rien n’est grave, tant que c’est fait avec amour.



Quelle est ta dernière claque musicale ?


C’est dur de devoir n’en donner qu’une ! Je passe ma vie en concerts ou dans les festivals alors je prends des claques régulièrement *rire*.

J’ai découvert Zaho de Sagazan, elle est incroyable ! Je ressens le même genre de questionnements chez elle et ça me bouleverse. Elle est très juste dans son écriture, et ses prods (la team Inuït de Nantes) sonnent le feu !

Mais j’ai très envie de citer Kalika, Carl et Joko qui m’entourent et dont je suis extrêmement fier. Si tu pouvais associer une couleur à ta musique, tu choisirais laquelle et pourquoi ?


Le Bleu Klein (IKB) est magnifique. Entre le bleu et le violet, it fucks with your brain ! Trop de choses à dire mais principalement parce qu’Yves Klein pratiqua l’art action, consistant à utiliser le corps, la matière, le temps et l’espace, pour créer des œuvres superbes dans l’instant présent.

La scène étant un point clef de mon projet, j’essaye d’y créer une expérience unique, basée sur les mêmes principes.


Suivez COUTURIER sur ses réseaux: