À la rencontre d'Okvsho

Nous sommes partis à la rencontre d'un duo de fréros : Christoph et Georg qui forment OKVSHO 🔥


Made in Zurich le groupe aux sonorités jazzy lounge a déjà quelques bonnes pépites leur permettant d'émerger parmi les nouveaux talents montants 🎷


On leur a demandé de nous parler de leur dernier projet "Orange Wine", de leur vision du jazz mais aussi leurs dernières claques musicales et leur façon de trouver les titres de leurs morceaux 🎺


(🇨🇭 Click here for English Version 🇨🇭)




Qui est derrière Okvsho ? Présentez-vous !

Okvsho est un duo composé des frères Christoph (22 ans) et Georg Kiss (24 ans) de Zurich. Les deux frères se produisent en concert avec leur groupe sous le nom de The Okvsho Experience.


Comment en êtes-vous arrivés à faire de la musique ?


Nous avons grandi dans un foyer créatif mais pas spécialement axé sur la musique. Nous avons été impliqués dans toutes sortes de projets créatifs dès notre plus jeune âge.

Très vite, nous avons découvert que la musique était notre forme préférée d'expression créative, ce qui, au début, consistait surtout à danser sur le lit de notre mère en fouillant dans sa collection de CD et de vinyles (qui comprenait par exemple Head Hunters de Herbie Hancock).

Nous avons été initiés très tôt aux ordinateurs et aux programmes créatifs par notre père qui est designer et photographe.

Nous avons ensuite commencé à composer nos premières chansons sur Garage Band.

À l'école primaire, nous avons également joué dans un groupe de batucada et pris des cours de batterie.

Plusieurs années plus tard, alors que nous avions environ 14 et 16 ans, Georg a ramené à la maison une MPC-Studio sur laquelle nous avons commencé à produire des rythmes instrumentaux Hip-Hop basés sur des samples, principalement inspirés par la scène Beat locale de Zurich, qui était florissante à cette époque.


Nous avons publié de la musique sous différents noms d'artistes sur SoundCloud et avons eu la chance de jouer quelques concerts à Zurich. Grâce à cela, nous avons rencontré Melodiesinfonie qui nous a invité à jouer au premier (et unique) festival Boyoom-Connective, ce qui a ensuite conduit à notre première sortie "Traphouse Jazz EP" sur le label Boyoom Connective. À cette époque, nous n'étions pas satisfaits de l'énergie que l'on pouvait transporter avec le beatmaking car cela avait aussi certaines limites créatives.

Un moment crucial a été la découverte de l'album "Black Focus" de Yussef Kamaal, sorti en 2016. Nous avons été inspirés par toute la scène jazz britannique qui est apparue avec cette sortie et nous avons commencé à composer des chansons sans samples et à expérimenter avec des configurations de Live-Band.


D'où tirez-vous votre inspiration ?


Nous puisons notre inspiration aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur. Une grande partie de notre inspiration vient sûrement des artistes et de la musique que nous écoutons nous-mêmes. De petites parties d'une chanson que nous aimons peuvent devenir la base d'une nouvelle chanson que nous écrivons. C'est pourquoi nous essayons autant que possible d'assister à des concerts et à des soirées DJ. Cela vous montre toujours de nouvelles approches et vous motive à essayer quelque chose de nouveau.

D'autre part, nous sommes également inspirés par notre humeur ou notre état émotionnel.


Parlez-nous de votre projet "Orange Wine" !


HipDozer nous a contactés pour nous inviter à sortir un projet sur leur label alors que nous étions encore en train de travailler sur l'album "Kamala's Danz". Pour ce projet, nous sommes en quelque sorte revenus à nos racines et avons combiné la simplicité du beatmaking avec des éléments de jazz ludiques et improvisés.



Comment choisissez-vous les titres de vos morceaux ?


En général, la plupart des morceaux ont des titres “brouillons” depuis très longtemps. Des titres qui émergent souvent au cours de conversations.

De plus, beaucoup de titres tirent leurs noms de choses qui nous entourent dans notre vie quotidienne par exemple :

  • "River Limmat" : la Limmat est l'une des principales rivières de Zurich, où nous allons souvent nager ou traîner.

  • "LS Shuffle" : "LS" signifie Langstrasse, l'endroit le plus vivant de Zurich.

  • "Rio Sihl" : la Sihl est l'autre rivière principale de Zurich.



En quoi les concerts sont importants pour vous, et comment vous les construisez ?


Les lives sont le moment où vous interagissez vraiment avec le public. Vous voyez les gens qui écoutent votre musique et comment ils réagissent.

Pour nous, nos concerts sont spéciaux, car nous essayons de créer une énergie unique grâce à l'improvisation. Nous ne savons pas vraiment où cela va nous mener.

Certains des morceaux que nous jouons sont des chansons enregistrées de nos projets mais joués sous une forme beaucoup plus "ouverte".

En même temps, nous jouons aussi des morceaux inédits que nous avons improvisés pendant les sessions du groupe, ce qui rend chaque concert unique, car nous jouons des morceaux que personne n'a entendu auparavant, et qui ne seront peut-être plus jamais entendus.


Quel est votre ressenti sur l'évolution de jazz, et comment souhaitez-vous vous inscrire dedans ?


Beaucoup de choses se sont passées ces dernières années, ce qui nous rend très optimistes. Il est amusant de constater que le jazz est le seul genre que l'on déclare régulièrement mort, alors que c'est justement le genre qui a survécu tout ce temps dans d'autres genres musicaux.

Nous pensons que le mouvement britannique du jazz, qui se répand maintenant dans toute l'Europe, a très bien montré ce que le jazz peut être.

La plupart des gens ont en tête de vieux messieurs élitistes assis dans un club de jazz lorsqu'ils entendent le mot "jazz". Pour nous, le jazz est synonyme de spontanéité et d'absence de frontières. Le jazz est une musique dansante et remplie de joie et c'est notre but de montrer cela aux gens, même si aucun de nous n'est un musicien "chevronné".



C'est quoi vos dernières claques musicales ?


Quelques albums que nous avons écoutés en 2021 :

  • Jahari Massamba Unit : "Pardon My French"

  • James Creole Thomas : "Omas Sextet"

  • Cro-Magnon : "4U"



Suivez Okvsho sur les réseaux :



🇨🇭 English version below 🇨🇭


We have met two brothers, Christoph and Georg forming OKVSHO 🔥


Made in Zurich, the jazzy lounge sounds band already have crazy jewels allowing them to emerge among the new rising talents 🎷


We asked them to tell us more about their latest project "Orange Wine", their vision of jazz but also the way they chose the title of their tracks, or their latest music favorites 🎺



Who are Okvsho? Tell us more about you!


Okvsho is a duo consisting of the brothers Christoph (22) and Georg Kiss (24) from Zurich. The two brothers play live shows together with their band as The Okvsho Experience.


How did you come to do music?


Growing up in a creative but not especially musically household we’ve been involved in all kinds of creative projects at a very young age. Soon we found that music is our preferred form of creative expression, which at first mostly consisted of dancing on our mother’s bed while digging through her CD and vinyl collection (which e.g included Head Hunters by Herbie Hancock). We’ve been introduced to computers and creative programs early on by our father who is a designer and photographer. We then started to put together our first songs on Garage Band. In primary school we also played in a batucada drum group and both took drum-lessons. Many years later when we were about 14 and 16 years old Georg brought home an MPC-Studio on which we began to produce sample-based instrumental Hip-Hop Beats mostly inspired by the local Beat-scene in Zurich which was thriving at that point.

We released some music under different artist-names on Soundcloud and had the chance to play some live-beat shows in Zurich. Through that we met Melodiesinfonie who invited us to play at the first (and only) Boyoom-Connective festival, which then led to our first release “Traphouse Jazz EP” on the Boyoom Connective Label. At that time we were a bit unsatisfied with the energy you could transport through beatmaking and also the creative limitations that come with it. A crucial point was when we discovered the 2016 released "Black Focus" album by Yussef Kamaal. We’ve been inspired by the whole UK Jazz scene that came up with this release and started to compose songs without samples and started to experiment with Live-Band Setups.



Where do you get your inspiration from?


We draw inspiration from both outside and inside. A major part of our inspiration surely comes from the artists and music we listen to ourselves. Small parts of a song that we like can become the basis of a new song that we write. That's why we try to go to live shows and DJ sets as much as possible. This always shows you new approaches and motivates you to try something new yourself.

On the other hand, we also get inspired by our mood or emotional state.


Tell us more about your “Orange Wine” project!


HipDozer contacted us with an invitation to release a project on their label when we were still working on the Kamala’s Danz Album. For this project, we kind of got back to our roots and combined the simplicity of beat making with the playful and improvised jazz elements.



How do you choose the titles of your tracks?


Usually most tracks have working titles for a very long time. Titles that often emerge during conversations. Also a lot of tracks get their name from things that surround us in our everyday lifes. For example:

  • "River Limmat": Limmat is one of the main rivers in Zurich, where we often go to swim or hang out.

  • "LS Shuffle": “LS” stands for Langstrasse, most vibrant place in Zurich.

  • "Rio Sihl": Sihl is the other main river.


In which way live shows are important to you and how do you build them?


Live shows are the moment you truly interact with the audience. You see the people that listen to your music and how they react. For us our live shows are special because we try to create a unique energy through improvisation. We don’t really know where it’s going. Some of the tracks we play are recorded songs from our projects but played in a much more “open” form.

At the same time we also play unreleased tracks that we improvised during band sessions, this makes every show unique as we play tracks that no one heard before and maybe won’t be heard again.



What’s your feeling about the evolution of jazz music and how do you want to be part of it?


A lot of things have been happening in the past few years which gives us great optimism. It's funny that jazz is the only genre that is regularly declared dead, even though it is the very genre that has lived on all this time in other genres of music. We think the UK Jazz movement, which is now spreading all over Europe showed very well what Jazz can be. Most people have some elitist old dudes sitting in a jazz club in their head when they hear the word Jazz. For us Jazz is about spontaneity and no boundaries. Jazz is dance music and about joy and it’s our goal to show that to people, even though neither of us are “educated” musicians.


What are your latest favorite music discoveries?

Some albums we listened to in 2021:

  • Jahari Massamba Unit: "Pardon My French"

  • James Creole Thomas: "Omas Sextet"

  • Cro-Magnon: "4U"


Follow Okvsho on: